Voilà, vous allez savoir comment j’ai utilisé mon beurre de pistache/parmesan !

  • 1 rôti de veau de 1 kg
  • de l’huile d’olives
  • 2 gousses d’ail
  • 1 bouquet de thym frais (merci Sylvie !)
  • 100g d’olives vertes dénoyautées
  • 80g de beurre de pistache
  • sel, poivre

Préchauffer le four à 190°.

Saler et poivrer le rôti. Le badigeonner d’huile d’olives.

Le déposer dans un plat à four avec l’ail écrasé et le thym.

Faire cuire 45 minutes en arrosant de temps en temps avec le jus de cuisson.

Au bout de 30 minutes, ajouter les olives avec leur jus.

Quand le rôti est cuit, le découper en tranches.

Puis tartiner chaque tranche avec le beurre de pistache.

Remettre les tranches dans le plat, au fur et à mesure.

Quand toutes les tranches sont tartinées, remettre au four 5 minutes, le temps de faire gratiner le beurre.

1

C’est excellent ! (ici, servi avec de l’écrasé de pommes de terre.)

Source : Cyril Lignac, Cuisine Attitude


Sinon, vous saviez qu’il y a tout juste 214 ans naissait « le pain Egalité », ancêtre des baguettes à la française ?

« Le 15 novembre 1793 (26 brumaire An II selon le calendrier républicain), un décret de la Convention stipule que tous les Français doivent manger le même pain :
«La richesse et la pauvreté devant également disparaître du régime de l’égalité, il ne sera plus composé un pain de fleur de farine pour le riche et un pain de son pour le pauvre. Tous les
boulangers seront tenus, sous peine d’incarcération, de faire une seule sorte de pain : Le Pain Égalité»
.
En 1856, Napoléon III, à son tour, tente de réglementer la taille et le poids du pain : 40 cm et 300 g environ.
Après la Seconde Guerre mondiale se généralise la baguette, aussi appelée flûte ou petite selon les régions, symbole de l’identité nationale, remonte à la Révolution. D’une
longueur de 80 cm et d’un poids de 250 g, son prix a été jusque dans les années 1980 fixé par arrêté préfectoral. »
Source : http://www.herodote.net/almanach/jour.php?jour=1115