Je dis « un peu comme » parceque même si la recette que j’ai piquée sur un magazine veut nous le faire croire, ils n’en n’ont ni la forme ni la texture
!

Pour la forme, difficile de faire aussi calibré que les célèbres macarons de Ranou-Métivier, notamment le dessin de rosace sur le dessus.

Pour la texture, on s’en approche mais ce n’est pas tout à fait ça. Ils se mangent le jour même car je n’ai pas réussi à bien les conserver : même dans une boite en fer fermée hermétiquement, ils
ont pris l’humidité et le lendemain n’avaient plus rien de croustillant.

Ils sont toutefois bien agréables avec un petit café et bien plus faciles à faire que les beaux macarons parisiens !

Battre 5 blanc d’oeuf en neige, à la main, de façon à ce que la neige ne soit pas trop ferme.
Verser par dessus 180g d’amandes en poudre tamisée, 3 cas de farine et 6 cas de sucre.

Mélanger doucement à l’aide d’une maryse.

Avec une cuillère à café, disposer des petits tas de pâte sur une plaque recouverte de papier sulfurisé.
Essayer de faire des petits tas bien ronds.

Enfourner à 170°, une douzaine de minutes environ.

Attendre qu’ils soient refroidis pour les décoller de la plaque.